1 – Le ransomware

Le ransomware est un type de logiciel malveillant qui chiffre les fichiers d’un ordinateur ou d’un réseau, empêchant ainsi l’accès à ces derniers. Les pirates informatiques exigent souvent une rançon pour déchiffrer les fichiers et restaurer l’accès. Le ransomware peut être diffusé via des e-mails de phishing, des téléchargements de logiciels gratuits, des sites web compromis ou des réseaux sociaux. Il est important de prendre des mesures de précaution, comme la sauvegarde régulière de données et la mise à jour des logiciels de sécurité, pour se protéger contre les attaques de ransomware.

2 – Le phishing

Le phishing est une technique de fraude en ligne qui consiste à tromper les utilisateurs en leur faisant croire qu’ils communiquent avec une entreprise ou une personne de confiance alors qu’en réalité, ils sont en train de donner des informations sensibles à des criminels. Les attaques de phishing peuvent prendre de nombreuses formes, mais elles ont toutes pour objectif de voler des informations personnelles telles que des mots de passe, des numéros de carte de crédit ou des informations bancaires.

3 – The Man in the Middle

The Man in the Middle est une technique de piratage qui consiste à intercepter les communications entre deux parties et à les modifier ou à en révéler le contenu. Cette technique est souvent utilisée pour voler des informations sensibles, comme des mots de passe ou des données financières. Pour se protéger contre ce type de piratage, il est important de utiliser des protocoles de sécurité forts et de rester vigilant lors de l’utilisation d’Internet.

4 – SQL injection

SQL injection est une technique de piratage qui consiste à insérer du code malveillant dans une requête SQL afin de manipuler la base de données d’une application web. Cela peut permettre à un attaquant de voler des informations sensibles, de supprimer ou de modifier des données, ou même de prendre le contrôle du serveur. Pour se protéger contre les injections SQL, il est recommandé de valider et de filtrer les données d’entrée de l’utilisateur, de mettre à jour régulièrement les logiciels et les bases de données, et d’utiliser des procédures stockées avec des paramètres plutôt que de concaténer des chaînes de requêtes.

5 – Cross-Site Scripting (XSS)

Cross-Site Scripting (XSS) est une technique de piratage qui consiste à injecter du code malveillant dans une page web. Le code peut être exécuté par les utilisateurs qui visitent la page, ce qui peut permettre à l’attaquant de voler des informations sensibles, comme les mots de passe ou les données de carte de crédit. Les attaques XSS sont particulièrement dangereuses car elles sont difficiles à détecter et peuvent affecter de nombreux utilisateurs.

Lire aussi : Contrôler un Android à distance

6 – Le brute force

Le brute force consiste à tester toutes les combinaisons possibles d’un mot de passe jusqu’à ce qu’on trouve la bonne. Cette technique est utilisée pour pirater un compte ou décrypter un fichier, mais elle est très longue et peu pratique. Pour éviter d’être victime de brute force, il est recommandé d’utiliser des mots de passe forts et complexes, qui ne peuvent pas être devinés facilement. Il est également conseillé d’utiliser des outils de gestion de mots de passe pour générer et stocker de manière sécurisée des mots de passe uniques pour chaque compte.

7 – Le cryptojacking

Le cryptojacking est une technique de piratage qui consiste à utiliser la puissance de calcul d’un ordinateur à distance pour miner de la cryptomonnaie sans que l’utilisateur ne s’en rende compte. Les pirates informatiques peuvent utiliser diverses méthodes pour injecter du code malveillant dans un ordinateur, comme en envoyant un e-mail avec un lien dangereux ou en exploitant une faille de sécurité dans un site Web. Une fois que le code est exécuté, il utilise la puissance de calcul de l’ordinateur pour effectuer des calculs complexes qui permettent de créer de la cryptomonnaie. Le cryptojacking peut ralentir considérablement un ordinateur et entraîner des frais élevés en électricité.

8 – Le SEO poisoning

Le SEO poisoning, également connu sous le nom de poison de référencement, est une technique utilisée par les cybercriminels pour manipuler les résultats de recherche de Google en plaçant de fausses informations ou de mauvais liens sur des sites Web. Cela peut entraîner des problèmes pour les utilisateurs qui cliquent sur ces liens et peuvent être redirigés vers des sites Web dangereux ou télécharger des logiciels malveillants. Il est important de rester vigilant lors de la recherche en ligne et de ne pas cliquer sur des liens suspects ou sur des sites Web douteux.

9 – Les malwares

Les malware sont des logiciels malveillants conçus pour endommager, perturber ou prendre le contrôle d’un ordinateur ou d’un réseau sans l’autorisation de l’utilisateur. Il existe plusieurs types de malware, tels que les virus, les chevaux de Troie, les logiciels espions et les ransomwares.Les malware peuvent être diffusés de différentes manières, comme par le téléchargement de fichiers suspects, la visite de sites Web dangereux ou la réception de courriels de phishing.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *